« Théâtre et Patrimoine » 19/02/21

La prochaine séance du séminaire pluridisciplinaire « Théâtre et Patrimoine » aura lieu le Vendredi 19 février 2021/ 14h par visioconférence (le lien sera envoyé ultérieurement)

Nous aurons le plaisir d’écouter Marc Andrieu (Chargé de mission Culture Développement Économique et Tourisme, Avignon) :

« Du TNM La Criée à l’Opéra Théâtre d’Avignon, survol à hauteur d’homme d’une problématique des lieux, des projets et des territoires »

 Il abordera la diversité de liens (institutionnels, politiques, culturels, artistiques) liant le territoire à son patrimoine.

 

Sur Marc Andrieu :

« Ma trajectoire professionnelle a d’abord emprunté les chemins du spectacle vivant pour rencontrer ensuite ceux du patrimoine.

  • Formation : littérature anglaise, rugby, science-po Aix-en-Provence, judo.
  • Dès 1976 j’ai commencé jeune étudiant au festival d’Avignon avec Théâtre Ouvert à la chapelle des cordeliers, chapelle des pénitents blancs en faisant de l’accueil et du montage scénique (équipement ultra sommaire pour théâtre d’avant-garde hors sol), puis j’ai gardé l’entrée des artistes au Palais des papes : un carrefour stratégique.
  • En 1983, j’ai ensuite intégré l’équipe de Marcel Maréchal à la Criée à Marseille comme relation publique. La Criée première friche industrielle transformée en théâtre, une programmation d’inspiration Vilarienne,  une architecture égalitaire et une politique agressive d’abonnement. 
  • Suivi du Théâtre national de la danse et de l’image à Châteauvallon en 1987(lieu utopique des années 70 architecture archéo baba cool néo-pharaonique) ou j’ai découvert la danse contemporaine perdue dans la pinède.
  • Puis en 1990 le Théâtre des célestins de Lyon, pour y organiser les fêtes de son bicentenaire (j’y ai observé le théâtre à l’italienne et sa topographie de la dignité. La programmation d’été au théâtre antique de Fourvière m’a ouvert les yeux sur le théâtre romain, une excellente introduction pour la suite.
  • 1992 Je me suis ensuite très activement intéressé au patrimoine gallo-romain en devenant DAC à Vienne au sud de Lyon ou j’ai retrouvé un grand théâtre antique (8000 places), un Odéon et un charmant petit théâtre à l’italienne. J’ai eu à gérer problèmes de sécurité du public de Jazz à Vienne 120 000 spectateurs dans une ville de 20 000 habitants. À l’époque de la création du grand musée gallo-romain de Saint Romain en Gal, j’ai vécu de l’intérieur les problèmes du Rhône, frontière de deux départements. 
  • 1996 Retour de courte durée à la Criée comme secrétaire général, et puis en 1998 une longue parenthèse de onze années comme directeur de la com et du patrimoine à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon centre culturel de rencontre. Je me suis imprégné des rigueurs monastiques du val de bénédiction, converti aux mérites du gothique méridional, et partagé les tourments des auteurs en résidence. Une longue et riche période où j’ai pu méditer sur le poids historique des lieux. Parallèlement j’ai présidé huit années durant le club des sites du Gard ce qui m’a vacciné, s’il en était besoin, du nombrilisme culturel.
  • 2009 Quatre années à la direction des affaires culturelles de Villeneuve villégiature pontificale. J’y ai initié la reconstitution de la Chartreuse en trois D, et créé le pass Avignon passion avec Jean Paul Trinquier en 1999. Sur la plaine de l’abbaye j’ai appréhendé le théâtre itinérant dans les maisons de toile de Villeneuve en scène, ce festival ni in ni off mais border line, ou viennent s’encanailler les Villeneuvois.
  • 2013 A la faveur de la reconstitution 3d du pont d’Avignon que j’ai initié avec le CNRS sous la direction de Michel Berthelot, j’ai opéré une transhumance numérique pour l’agglomération du Grand Avignon. Symbole du lien entre deux rives ce pont 3d fournissait à l’agglo une incarnation territoriale concrète,  52 conférences plus tard  sur ce sujet je mène une activité polyvalente de valorisation du patrimoine culturel territorial. A la suite d’un livre sur le Tram (ou j’ai pris 5000 photos), je rédige actuellement un ouvrage sur la refondation de l’Opéra théâtre d’Avignon.  (6000 photos) qui me replonge avec délice et volupté dans le rouge et or de son décor Fort de cette expérience tout terrain je suis devenu en quelque sorte le couteau suisse du grand Avignon ».

 

Les commentaires sont clos.